Boules de geisha : une ou deux boules ?

Boules de geisha : une ou deux boules ?

Perçues comme des jouets sexuels, les boules de geisha sont des accessoires érotiques qui permettent aux nouvelles mères et aux vieilles femmes de faire rétrécir leur vagin. La vente des accessoires érotiques (boules de geisha) a explosé pendant ces dernières années et ceci dans le monde entier. Si le nom de Boule de Geisha nous est familier, le rôle de ces accessoires destinés à être insérés dans le vagin ou dans l’anus de l’homme et de la femme nous laisse encore dans le doute. Pourtant, la presse ne cesse de vanter les mérites des boules de geisha qui selon elle permet de muscler le périnée. Sachant qu’il existe une diversité de boules de geisha, la question de savoir quelle forme de modules choisir pour une rééducation donnée se pose alors.

Les différents types de Geisha

En effet, il existe plusieurs formes de boules de Geisha sur le marché. Il y a la geisha UNO et la geisha DUO. La différence fondamentale entre ces deux boules réside dans leur poids. La première est légère, car elle comporte une seule boule tandis que la deuxième est lourde et dispose de deux boules. Le choix entre ces deux types de boules de geisha s’avère compliqué, car trop lourd, elle a tendance à tomber plus vite et trop faible, elle s’avère moins efficace.

Comment choisir ses boules de Geisha ?

Le choix des boules de geisha n’est pas aussi simple qu’il paraît être. De nombreuses femmes trouvent qu’il est facile de porter la geisha UNO par rapport à la geisha DUO car elle est légère. La première précaution à prendre serait de chercher à savoir si le jouet sexuel que nous allons acheter est de qualité médicale. La geisha DUO est un choix judicieux, car son poids lui permet de solliciter le plus souvent possible les muscles du périnée, ce qui entraînera une contraction musculaire naturelle et tentera de minimiser la chute involontaire des boules de geisha. Pour un exercice de rééducation, il est possible de combiner la geisha UNO et la geisha DUO en complémentarité.